Food,  Test Restaurants

La Machine à coudes… Un menu surprise totalement bluffant !

On m’avait dit « Surtout réserve parce qu’il paraît que c’est toujours complet  ! » Une petite phrase généralement de bon augure. Il n’en fallait pas plus pour dégainer mon portable, et booker une table en 2 clics sur le site internet de la Machine à coudes.

La Machine à coudes
Un resto qui joue la discrétion

Ca ressemble à quoi ?
A un anti resto bling bling ! Ici, il faut passer deux fois devant pour être sûr d’être au bon endroit. La façade est discrète et le nom du restaurant inscrit en petit sur la porte… A l’intérieur, un comptoir vintage, avec en fond une tapisserie fleurie qui ne se vend plus depuis 1920, un éclairage de type industriel, une trancheuse Berkel rouge, et une dizaine de tables en bois flanquées d’un pédalier de machine à coudre… La « machine à coudes », elle, trône à l’entrée: deux racks de bouteilles remplis de vins… bio. Sur les murs en briques, des étagères de rangement façon wagon SNCF des années 70. Mais interdit de se fier aux apparences, dîner ici ne relève en rien du train train…

On mange quoi ?
Ne cherchez pas le menu, il n’y en a pas ! Et donc on ne choisit pas ! Marlène, la maîtresse des lieux, préfère vous réserver la surprise. Seule question posée au début du repas:  « Viande ou poisson ? ». Ensuite, à vous d’opter pour la formule entrée + plat + dessert ou 2 entrées + plat + 2 desserts. A moins que vous ne craquiez sur l’accord met et vin à 43 euros par personne. Si tel est le cas, Marlène se fera une joie de vous décrire en long, en large et en travers les vins qu’elle a choisis de vous servir (cépages, domaines, noms des producteurs…). Ce n’est pas tous les jours qu’on croise Bacchus en talons ! Pro et bluffante !

Image
Jolie cave

Dans l’assiette 
En cuisine, Thomas, ex libraire devenu virtuose des saveurs, ne travaille que des produits de saison sélectionnés auprès de petits producteurs. Et en janvier, ça déborde de légumes… et je dirais même plus du légumes anciens. Du rutabaga par ci, des crosnes par là, de la purée de topinambour à tomber par terre… Tout ça vient accompagner du carrelet cuit à la perfection (« vous pouvez manger la peau c’est plein de vitamines A » nous conseille Marlène) ou une pièce de veau dans des assiettes qui ressemblent à de véritables tableaux.  Stop ! Arrêtons-nous deux secondes sur la fameuse pièce de veau… bonne mais à la consistance intrigante. « Dites moi Marlène, ça serait pas de la langue que je viens de manger ? » « Bougez pas je vais demander au chef… Oui c’est bien de la langue ! » Autant dire qu’on a trouvé un peu osé de servir des abats sans le dire au préalable au client… Ca passe ou ça casse ! Pour ma part, la qualité des produits, le soin apporté au dressage et les mélanges de saveurs ont fini de me convaincre. C’est fin, élégant, aérien… Même si la prédominance de légumes racines n’est pas forcément ma tasse de thé. Et même si cela manquait parfois un peu de puissance et d’explosion en bouche…. Mais pas de panique, la carte change aussi vite que les envies du chef et bien sûr en fonction des saisons.

L’ambiance 
Décontractée, beautiful Boulonnais, profil « je passe mes vacances à l’île de Ré »… Le tout dans un léger brouhaha ponctué par les éclats de rire de Marlène qui nous font oublier qu’elle exerçait auparavant un métier moins fun: juriste.

L’addition, s’il vous plaît !
Menu dégustation à 43 euros / Accord mets vin à 63 euros
Menu 4 plats à 32 euros / Accord mets vin à 47 euros
Verre de vin 7 euros
Fromage 7 euros
Café 2 euros
Eau filtrée offerte

Personnellement, j’ai chois la formule à 43 euros… suivie de deux tournées de liqueurs Laurent Cazottes… Coing, cédrat, Folle noire (raisin) et surtout tomate, ultra originale.

Les + : le concept du menu surprise, service efficace et souriant, déco
Les – : Un peu cher, ne pas prévenir les clients quand le chef envisage, comme ce soir, de leur servir des abats

La Machine à coudesLa Machine à coudes
35 Rue Nationale
92100 Boulogne-Billancourt

Tel: 01 47 79 05 06

http://www.lamachineacoudes.fr/

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *