4 bonnes raisons de craquer pour Coretta, le restaurant star des Batignolles

« Incontournable ! », » Un gastro branché ! » « A découvrir d’urgence »… Difficile d’échapper aux critiques dithyrambiques de cette nouvelle pépite gastronomique de l’ouest parisien ! Forcément, j’ai voulu aller vérifier si la magie de la cuisine made in Coretta opère toujours, presque 1 ans après l’ouverture. Verdict…

facade Coretta1/ Une ambiance zen et une déco design

Quartier neuf de la rue Cardinet, à Paris. En bordure du parc Martin Luther King (dont la femme s’appelait Coretta !), le restaurant occupe le rez-de-chaussée et le 1er étage d’un immeuble neuf. Au loin, j’aperçois les premiers clients à travers les grandes baies vitrées. En bas, place à une ambiance harmonieuse et chaleureuse due à l’omniprésence de bois blond. Les meubles sont design, et le grand bar donne sur la cuisine ouverte. Pour égayer le tout, une touche végétale: quelques plantes dégoulinant le long des immenses vitres… En haut: salle plus lumineuse, tables en marbre, avec un coup d’œil imprenable sur les jardins. A privilégier donc, surtout pour un dîner en amoureux… L’accueil, lui, ne souffre d’aucune fausse note… Dans l’ensemble, ça respire la zénitude et on aime ça !

volaille_coretta

Dressage gourmand !

2/ Des produits de saison et une cuisine inventive

Une assiette réussie ? C’est 80% de goût et 20% de présentation… C’est du moins mon avis ! Contrat rempli à 100% chez Coretta. Même si on surfe sur un style de cuisine, très en vogue, déjà vu au BAT ou à la Plantxa, j’en ai pris plein les yeux ! L’oeuf parfait, panais, marron et cardon porte bien son nom et dépoussière l’oeuf sur le plat de maman, les encornets, crapaudines fumées, chou fleur au Timut (poivre du Népal) ressemble à une sculpture, les Saint-Jacques, fenouil, pissenlit, émulsion gingembre-coriandre profitent d’une cuisson idéale, qui garde au passage les légumes croquants, et la dorade est exemple bluffant d’association de saveurs étonnantes : amandes, aubergines et crumble de myrtilles… Waouh ! Une vraie démonstration de force visuelle et technique, même si pour être tout à fait honnête, il manque peut être un peu de peps dans l’assiette…

Si vous ne souhaitez pas opter pour le menu, sachez qu’il est possible d’avoir un aperçu du savoir-faire du chef à travers les botanas (tapas). Vous pourrez ainsi vous laisser surprendre par les frites de feta (10 euros), un magret de canard, clémentine, pruneaux (9 euros) ou un poulpe citronelle, coco et mangue (12 euros)…

photos Iphone 2014 4873/ Un dessert à tomber par terre

La spécialité sucrée de la maison ? la brioche, cannelle, caramel et glace vanille… Croustillante à l’extérieure, fondante à l’intérieur. Pas bon pour mon régime mais incontournable !

4/ Une dream team aux commandes

L’artiste en cuisine ? Le jeune et brillant Jean-François Pantaleon, passé par Apicius et la brigade de Yannick Alleno au Meurice. Aux commandes ? Beatriz Gonzales, déjà croisée aux commandes du restaurant Neva. Ajoutez Matthieu Marcant, son mari, qui opère en salle avec efficacité et vous avez la dream team au complet !

L’addition, s’il vous plaît !

Entrée/plat ou plat/dessert 33 €
Entrée/plat/dessert 39 €

Pour être clair, comptez environ 60 euros par personne avec le vin. Un peu cher !

Les + : ambiance, menu changeant, qualité des produits, dressage

Les – : un peu cher, carte des vins rosés faiblarde et pour cause, il n’y en a qu’un !

Coretta
151, rue Cardinet
75 017 Paris

Fermé le dimanche
Téléphone : 01 42 26 55 55

http://www.coretta.fr/

Share

Une réflexion au sujet de « 4 bonnes raisons de craquer pour Coretta, le restaurant star des Batignolles »

  1. Le restaurant en lui-même n’est pas formidable. La déco scandinave/minimaliste est téléphonée au possible : elle se veut simple, mais devient finalement prétentieuse.

    L’équipe est performante, mais pas vraiment chaleureuse, notamment à l’accueil (décrit ici sans fausse note) où l’on se heurte à des personnes condescendantes et maladroites. Un peu à l’image de la clientèle, d’ailleurs. On aura vu mieux en termes de professionnalisme.

    Les plats sont bons et originaux mais pas forcément sensationnels. L’effort est fait sur la présentation mais cela ne justifie pas vraiment les prix de la maison, un peu hauts tout de même.

    En résumé : ce restaurant se prend pour un gastro sans en avoir ni le talent, ni les moyens. Un pari audacieux dans le quartier des Batignolles où le « nouveau » est un dogme. Ils ont de la chance d’être complet pour le moment, mais j’attends de voir quel sera leur comportement dès que la vague sera passée… Affaire à suivre, donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous une personne physique ? *