La Maison Bleue : le néo bistrot chaud comme la braise

Cette Maison Bleue n’est pas adossée à la colline comme le chantait Maxime Le Forestier mais face à l’église Saint Vincent de Paul dans le 10e arrondissement de Paris. Et il faut avouer qu’avec sa terrasse bondée, ces Spritz qui s’entrechoquent et ces bobos qui refont le monde le sourire aux lèvres, le lieu – initié par la team du Poincaré (dans le 16) – invite à la découverte…

A table !

On apprécie la grande terrasse

Sur la devanture, on peut lire Néo bistrot ! Bistrot, parce que sur la forme on retrouve certains codes du bar de quartier avec ses tables rondes et ses serveurs en tablier… et Néo pour ces inscriptions lumineuses qui tapissent les murs (on aime tout particulièrement le « cawa et jaja » au dessus du bar) et surtout pour ces plats bistronomiques qui ont remplacé les endives aux noix et le poulet purée. Ici, il y a un chef digne de ce nom derrière les fourneaux. Un certain Julien Gasperi, ancien du Sergent Recruteur. Et on aime cet homme là ! Pourquoi ? Parce qu’il a choisi de cuisiner à la braise. Idéal pour la viande bien sûr, mais aussi pour ces asperges blanches que j’ai prises en entrée ! J’avais déjà expérimenté avec bonheur l’asperge verte au barbecue… Je retrouve ici ce petit goût de vacances ! Les légumes, préalablement blanchis, restent fermes et ont une saveur exaltée. Avec cette petite tranche de pata negra et ce condiment à la mangue en accompagnement, l’extase n’est pas loin ! J’enchaîne avec un cochon noir de lait bien gras flanquée d’un sauce ultra corsée qui me surexcite les papilles. Ma compagne, elle, attaque un filet de Saint Pierre gentiment twisté par une émulsion à la citronnelle ! Le tout accompagné d’une mousseline carotte-gingembre…  Aïe ! Poisson légèrement trop cuit. Un petit grain de sable dans le déroulé de ce repas plutôt bien rodé, pendant lequel les serveurs se font discrets tout en se montrant efficaces.

Une viande d'exception !

Ne pas rater la spécialité de la maison: la côte de boeuf de Galice. Sublime !

Quand soudain, une côte de boeuf servie en terrasse me fait de l’oeil ! De la Rouge de Galice (l’une des meilleures viandes du monde selon Steak Revolution) qui affiche une tendreté indécente… J’avais bien repéré la bête avant de m’attabler, avec la ferme intention de goûter la spécialité de la maison mais plus rien de disponible en dessous de 1,3 kg. Un certain Dave avait réservé celle de 800 grammes ! Et je ne me sens pas assez Rabelaisien pour m’attaquer à celle d’un 1,7 kg ! Je serai donc obligé de m’infliger le supplice de revenir…

la-maison-bleue-bar-nuitPour combler ma frustration , je me rabats sur un peu de sucre. Avec une boule orange carotte gingembre en direct de « Une glace à Paris« , le spot incontournable d’Emmanuel Ryon, Meilleur Ouvrier de France Glacier et Champion du monde de pâtisserie. Une dernière cuillère, une prune de Souillac et je refais le film de ce repas qui fait la part belle aux produits de qualité: ce pain Poujauran, ces légumes de chez Xavier Jollivet, ces poissons fraîchement débarqués de Bretagne… La prochaine fois, il y aura cette Rubia Gallega que je prendrai soin de réserver, ces frites maison et ces saucissons de chez Emmanuel Chavassieux… Pas de doute, avec tous ces fournisseurs de renom, la Maison Bleue a tout pour se faire un nom !

la-maison-bleue-bibliothequeL’addition s’il vous plaît

130 euros à deux… avec entrée, plat, dessert et vin ! Ca cogne un peu pour une ambiance bistrot ! Mais on paye la qualité des produits.

Les + : la cuisson à la braise, le service efficace et souriant, le copieux brunch du dimanche
Les – : le prix, pièce de viande réservée aux gros mangeurs (rien en dessous de 800 grammes)

La Maison Bleue
7 Place Franz Liszt
75010 Paris

Tel : 01 44 65 01 80

Facebook : bistrot.lamaisonbleue.paris

http://www.lamaisonbleue.paris

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous une personne physique ? *