Le coin idéal pour prendre l'apero avant d'aller dîner ! Pensez à réserver la table !
Food,  Test Restaurants

Le St Barth’: courrez y déguster les incroyables huîtres roses Tarbouriech !

Florent Tarbouriech et ses deux enfants, Romain et Florie, sont ostréiculteurs à Marseillan. Depuis un an, le buzz monte autour de leurs fameuses huîtres roses, servies sur les plus grandes tables… et dans leur comptoir de dégustation au bord de l’étang de Thau. C’est là que j’ai choisi d’aller savourer ces huîtres que certains n’hésitent pas à qualifier de meilleures du monde.

Ambiance cabane et meubles de recup !
Ambiance cabane au bord de l’eau et meubles de recup’ !

Ca ressemble à quoi ?

A un petit paradis. Au bout d’un chemin de terre, une petite cabane en bois fait face à l’étang. Quelques chaises et tables de récup’, et de grands tonneaux verticaux équipés de porte plateaux sont disséminés sur la terrasse. Avec, cerise sur le gâteau, un ponton privé sur lequel ont été aménagés deux petits « salons » permettant de boire l’apéro au dessus de l’eau avec une vue imprenable sur Sète et le Mont Saint Clair. Accompagné de la bouteille de Vermentino blanc (Paul Mas) que je viens de commander, je pars de ce pas y siroter un verre (pas de service sur le ponton), histoire de profiter de ce panorama unique. Croyez-moi, le site est remarquable. Par sa beauté, sa tranquillité, son aspect sauvage, ses parcs à huîtres et ce comptoir – Le St-Barth’- qui n’a de bling bling que le nom. Ici, tout est resté dans son jus, tout est simple mais d’un charme et d’une magie incommensurables. Surtout quand le soleil se couche et que l’étang revêt des couleurs rose, mauve et orangée…. C’est à ce moment que l’une de deux (et au demeurant charmantes) serveuses me hèle du bout du ponton, me sortant au passage de ce moment de béatitude… « Monsieur, votre table est prête ! » Il est temps d’aller vérifier si la réputation du lieu est usurpée…

Huîtres Tarbouriech
Les huîtres roses Tarbouriech

On mange quoi ?

Uniquement du coquillage ! Et bien évidemment on se délecte à l’idée de goûter les fameuses huîtres roses ! Pourquoi rose ? Parce qu’à l’instar d’un Anglais en villégiature dans le midi, elles ont pris le soleil. C’est toute la spécificité de cette production qui a débuté en 2007. « Tout est parti d’une réflexion de mon père, précise Florie. Il se demandait pourquoi les huîtres de l’Atlantique trouvaient leur place sur les tables étoilées et pas les nôtres. » Pour corriger cette injustice, Florent Tarbouriech a un jour imaginé un système permettant de simuler le mouvement des marées dans l’étang. Les cordes sur lesquelles sont fixées les huîtres sortent et rentrent dans l’eau à intervalles réguliers. Tout ça grâce à un système électrique alimenté par des panneaux solaires. Résultat : hors de l’eau, l’huître, malmenée, se muscle, se renforce, et devient plus charnue. Un processus qui prend entre 2 et 4 ans.

Florent et Florie Tarbouriech
Florent et Florie Tarbouriech, les maîtres des lieux

Dans l’assiette

Exit les tailles XXL ! Je n’ai choisi de goûter que des huîtres petites et moyennes… On salue d’abord la qualité de l’ouverture : pas une trace de couteau sur les coquilles. D’aspect extérieur, la chair est légèrement blanchâtre et remplie totalement son écrin. En bouche, c’est une merveille. L’huître est charnue, épaisse, croquante, avec beaucoup de consistance… Un délice ! De là à conclure qu’il s’agit des meilleures huîtres du monde, je ne franchirais pas le pas… D’abord parce que je ne suis pas un spécialiste et aussi parce que je garde un souvenir tout aussi ému d’une dégustation de spéciales Gillardeau. Une chose est sûre. Avec ses huîtres roses, Tarbouriech vient faire de l’ombre aux grands faiseurs de l’Atlantique. Mais revenons au dîner qui se poursuit par une brasucade de moules (cuites sur barbecue) arrosées d’une sauce maison à la moutarde. Avec en dessert, une glace bio à la framboise servie dans son petit pot en plastique… On vous l’a dit, ici tout est simple !

Sur le ponton, deux espaces sont aménagés pour prendre un verre uniquement.
Sur le ponton, deux espaces sont aménagés pour prendre un verre uniquement.

L’ambiance

Du tong/short et de la chemise/Todds, chacun se disputant la paternité de la découverte de ce lieu unique. Tout ce petit monde cohabite dans une atmosphère paisible où le temps semble s’être arrêté. En espérant qu’avec la médiatisation grandissante des Tarbouriech, le St Barth’ conserve sa simplicité et sa magie… Même si Florie se veut rassurante : »Notre but n’est pas de faire 200 couverts par jour » !

L’addition, s’il vous plaît !

Ici, on casse les codes, et on paie l’huître à la pièce: 2 euros la petite, 2,50 la moyenne, et 3 euro la grosse. Ce qui peut faire vite grimper la note mais comme j’aime le répéter, l’exceptionnel a un prix.

14 euros la brasucade de moules. 19 euros la bouteille de Vermentino.

Où trouver les huîtres Tarbouriech ?

Directement sur place ou sur internet  huitrerose.com (livraison dans toute la France en 48h)

Sur Paris : chez Bellota Bellota/La Grande épicerie/Lafayette Gourmet

Les Seven, c’est quoi ? Des packs de 7 (petites) huîtres répondant aux critères de fabrication de la spéciale Tarbouriech et qui ont, en plus, subi un process qui leur permet d’avoir une coquille plus lisse. « L’idée était de réussir à séduire des personnes qui ne sont pas forcément fans d’huîtres. » précise Florie, à l’origine de ce packaging original.

Le St Barth’
Lieu dit Montpenèdre
34340 Marseillan

Ouvert le soir, de mai à fin septembre

Tel: 06 10 79 49 85

Créé le 1er septembre 2014

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous une personne physique ? *