Le jour où j’ai craqué pour la viande de Le Bourdonnec

Yves-Marie Le Bourdonnec. Qui ne connait pas encore ce nom ? Celui du boucher star, du spécialiste de la maturation. On en entend souvent parler mais peu ont eu le privilège de goûter au fruit de son savoir-faire. La raison ? De la viande au prix de l’or. Ca freine les ardeurs, mais la légende est telle que tout fin gourmet finit par craquer. Mon ami Cyrille Rolland, en esthète du bien manger, a eu la chance de vivre cette expérience hors du commun. Et nous a fait l’honneur de nous livrer son analyse… Un vrai Gentleman testeur ! 

La côte de boeuf made in "Le Bourdonnec": le graal de la viande

La côte de boeuf made in « Le Bourdonnec »: le graal de la viande

« Depuis le temps que j’en entendais parler, que je voyais des photos sur Instagram, Facebook et Twitter j’avais bien envie de goûter à ce fameux graal de la viande qu’est Le Bourdonnec.

Le boucher-star (ou la star des bouchers) sait vendre sa viande à bon prix (près de 75€ le kilo !)
Depuis un moment, je me disais que j’allais passer dans l’un de ses magasins, à Asnières ou Paris, pour faire un festin carnassier. En fait, ce week-end, c’est Le Bourdonnec qui est venu à moi (enfin, juste sa viande !) par l’intermédiaire d’un barbecue entre amis. Au lieu d’apporter un banal bouquet de fleur, l’un des convives, très bien élevé, est arrivé les bras chargés de 4kg de viande mature sous la forme de 3 énormes côtes de bœuf. (Ce qui amène la note à 300 euros !, ndlr)

Un fois déballée, la viande offre toute sa splendeur et sa belle robe cramoisie. Cela m’a un peu fait penser à la couleur du pata negra…

Une cuisson à surveiller de près... Interdiction de rater son coup !

Une cuisson à surveiller de près… Interdiction de rater son coup !

Une belle braise et 20 minutes de cuisson plus tard, nos papilles ne s’en sont pas remises ! Une viande tendre, goûteuse, juteuse à souhait… Bref, un vrai moment de bonheur !

En résumé, s’il est difficile de s’offrir de tels morceaux tous les jours, la viande de Le Bourdonnec vaut clairement le détour ! Mais on peut aussi se demander pourquoi manger de la bonne viande est devenu un tel luxe ? »

Parce que l’exceptionnel a toujours un prix mon cher Cyrille ! Merci pour ce récit qui, personnellement, m’a donné envie de franchir le pas… Juste le temps de faire un virement de mon Codevi et j’y vais !

http://le-bourdonnec.com/

Share

Une réflexion au sujet de « Le jour où j’ai craqué pour la viande de Le Bourdonnec »

  1. Ping : J’ai testé le concert de Prince au Zénith de Paris | Les Gentlemen Testeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous une personne physique ? *